Quand le lien se noue,

Publié le par Shaliane

Sais-tu ce qui me charma chez toi?
Ta frêle candeur? Ton regard incertain?
Seraient-ce tes goûts sans artifices?
Ou bien cet air lointain?

Sais-tu que ta force et ta constance,
Empêchèrent ma raison de sombrer?
Quand au pays des folies, de l'inconscience,
Tu refusas d'être mon chevalier?

Ta rigueur et ton ambition,
Les mesures de ta passion,
Furent les murs de ma maison.

Ainsi as-tu étayé notre foyer,
Pour me permettre d'y demeurer,
A tes côtés, un semblant déternité.


Publié dans Les poemes de Simone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

stellamaris 20/05/2008 13:12

Très beau poème

Moun 14/05/2008 11:44

Bonjour Shaliane,
Je lis toujours beaucoup d'ambigüités dans tes poèmes-sentiments ! Peut-être est-ce moi d'ailleurs qui les vois !
Bonne journée
Amitiés

Shaliane 14/05/2008 12:37


Je suis contente que tu les vois, c'est que c'est si compliqué les relations de couple!
A bientôt pour un jeu d'écriture