A mon frère,

Publié le par Shaliane

Toi mon frère, un inconnu, qui ne vécut rien
Aucune gloire, ni grand Amour, ni bonheur,
A ton regard, si noir, voilé de froideur,
Je me demande enfin quels étaient tes desseins.

Quel idéal tu poursuivais. Quelles voix
Te guidaient dans la nuit de tes songes gris.
Quand nous nous croisions, je ressentais jadis,
Dans tes élans d'affection, un je-ne-sais-quoi...

Que n'ai-je su déchiffrer dans ces appels?
N'y voyant chaque fois que matière à querelle.
Je demeurais sourde à cette main tendue.

Pardonne-moi mon frère de t'avoir oublié,
Laissé au bas-côté de ma vie. Mais depuis,
Je te porte tel mon calvaire, frère aimé.

Publié dans Les poemes de Simone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Moun 29/04/2008 21:33

Simone, il n'est jamais trop tard pour renouer des liens avec un frère !
Emouvant ce petit poème et plein de pudeur pour dire ton regret de ne pas avoir su mieux décoder les sos de ce frère !
Amitiés

Shaliane 29/04/2008 22:00


Merci Moun, en l'occurence, dans notre cas il est vraiment trop tard, on ne peux pas toujours revenir en arrière, mais ton optimisme est très sain!
A demain