La Reine du silence - Août 2008

Publié le par Shaliane

La Reine du silence  

 

Dans le bruit, elle soupire,

Se tient muette et voûtée,

Ou prend sa mine enjouée,

Se masque d’un sourire.

 

Ponctuant d’un petit rire,

Chaque banalité,

Elle est en société,

Une divine martyre.

 

Rêvant d’une quiétude,

D’infinie solitude,

D’un silence apaisant,

 

Toutes craintes d’enfant.

Où brilleraient les mots,

Etincelants sanglots.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Les poemes de Simone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Théo 20/08/2008 14:28

Chère Shaliane,

un texte très émouvant, quand on connaît l'effort qu'il faut faire pour sourire quand on a le coeur gros, pour acquiescer en silence à des mots qui semblent vides de sens ...
Touché, Shaliane !

Amitiés

Shaliane 21/08/2008 20:29


Merci Théo, en effet ce n'est pas toujours simple de vivre en société, mais il faut bien s'y plier un peu! Amicalement


stellamaris 15/08/2008 15:35

Un magnifique portrait. Comme je la comprends, cette aspiration au silence ...

Comme tu l'as posté dans "Sonnets et beaux vers", quelques commentaires de forme :

1 - Sur les rimes
"voutée" et "enjouée" sont des rimes féminines : en poésie classique les rimes féminines et masculines doivent alterné, et, pour le schéma de rimes d'un sonnet, il aurait été bon que ces vers riment avec "banalité" et "société" : pour cela, il suffisait de parler de dos vouté et d'air enjoué

Toujours sur le schéma des rimes, après "martyre" (rime féminine), on aurait du trouver une rime masculine.

Enfin, pour ton information, le schéma classique du sonnet est ABBA ABBA CCD EDE ou ABBA ABBA CCD EED. Tout sonnet qui y déroge est dit "irrégulier", mais les sonnets irréguliers sont parfaitement admis en poésie classique ...

2 - Sur la longueur des vers : elle n'est pas constante, et sans schéma défini :
7
7
7
6

7
6
6
7

6
6
6

6
6
6

3 - En poésie classique, dans les mots se terminant par "voyelle e muet", en cours de vers, le e muet doit être impérativement élidé("absorbé" par la voyelle initiale du mot suivant) ce qui implique ici que le mot qui les suit doit impérativement commencer par une voyelle. Ce n'est pas le cas ici pour "infinie" (10ème vers).

Que ces quelques remarques de forme ne te découragent surtout pas, elles n'enlèvent rien à la beauté de ton poème que j'ai eu le plus grand plaisir à découvrir !

Avec toute mon amitié.